MagPI 9 Page 21

De Le French MagPi
Aller à : Navigation, rechercher

le tout sur une seule ligne. Mon choix s'est porté sur Paris, donc area pourrait être l'Europe et le fuseau horaire de Paris. Si vous obtenez une erreur disant: "Le fichier existe", tapez:

rm /etc/localtime

Ensuite, tapez la commande précédente à nouveau.

Maintenant, modifions les paramètres régionaux. Ils sont utilisés pour déterminer le pays où vous vivez pour que des choses comme les dates soient affichées correctement. Pour ce faire, nous avons besoin de modifier certains fichiers. Tapez ce qui suit:

nano /etc/locale.gen

trouvez votre pays, et supprimez le symbole '#' en face de celui-ci. Par exemple, le mien serait fr_FR. Lorsque c'est fait, utilisez Ctrl+O pour enregistrer et Ctrl+X pour quitter. Ensuite, tapez:

locale-gen

Maintenant, nous avons besoin de créer un autre fichier, tapez:

nano /etc/locale.conf

et modifiez-le avec les mêmes langue et code de pays que précédemment.

Enfin, nous avons besoin de configurer la console pour qu'elle utilise le clavier du pays en permanence. Pour cela tapez :

nano /etc/vconsole.conf

et changer KEYMAP pour le code du pays que vous avez utilisé avec la commande loadkeys précédemment.

Tous les paramètres de langue sont maintenant réglés, donc si vous voulez, vous pouvez redémarrer pour voir les changements, en tapant :

reboot

Utilisation de pacman

Le gestionnaire de paquets d'Arch Linux est appelé pacman, et nous l'utilisons pour installer des paquets. Pour installer un paquet, tapez :

pacman -S <nom_du_paquet>

Essayez-le avec le paquet sudo, car nous en aurons besoin plus tard.

Comme Arch est à «mise à jour glissante», beaucoup de mises à jour sont sorties depuis la parution de l'image, donc pour mettre à niveau tous vos paquets :

pacman -Syu

Cela devrait très bien fonctionner avec l'image la plus récente, mais vous avez besoin d'une connexion Internet. En raison de la rapidité avec laquelle les mises à jour sortent, il est recommandé d'exécuter une mise à niveau complète régulièrement, une fois par semaine ou peut-être même une fois par jour pour rester à la pointe.

Si vous souhaitez supprimer un progiciel, vous pouvez le faire avec :

pacman -R <nom_du_paquet>

Et pour voir une liste des paquets installés, tapez :

pacman -Q

Ajout d'un nouvel utilisateur

Il est d'une importance vitale de créer un nouvel utilisateur pour notre système, car se connecter en tant que root pose des problèmes de sécurité. Pour ajouter un nouvel utilisateur, entrez :

adduser

et suivez les instructions pour ajouter un nouvel utilisateur.

Ensuite, nous avons besoin de les ajouter à la liste des sudoers afin qu'ils puissent toujours installer des programmes, mais d'une manière plus sûre. Si vous ne l'avez pas déjà fait, installez sudo. Pour ajouter l'utilisateur au fichier sudoers, tapez :

export EDITOR = nano && visudo

Cela vous permettra de modifier le fichier sudoers avec l'éditeur habituel nano. Trouvez la ligne qui indique root ALL=(ALL) ALL et copiez-la sur une autre ligne, remplacez root par le nom d'utilisateur du nouvel utilisateur. Si vous voulez que sudo ne demande pas votre mot de passe, comme dans l'installation par défaut de Raspbian, ajoutez NOPASSWD: avant le ALL final.

Enfin, nous pouvons changer le mot de passe du compte root, en utilisant la commande :

passwd root

Donc veillez à choisir un mot de passe suffisamment sûr.

Après cela, nous en avons fini avec la configuration de base ! Tapez :

logout

pour vous déconnecter de root et connectez-vous avec le nouvel utilisateur que vous venez de configurer.

Mise en place d'une interface graphique

Cette dernière partie est facultative, mais si vous préférez plus qu'une simple ligne de commande, vous devriez le faire. Pour installer une interface graphique, il suffit de taper :

pacman -S gamin dbus xorg-server xorgxinit xorg-server-utils mesa xf86-video-fbdev xf86-video-vesa xfce4

le tout sur une seule ligne. Une fois l'installation terminée, tapez :

cp /etc/skel/.xinitrc  ~/.xinitrc

puis:

echo "exec startxfce4" >> ~/.xinitrc

et enfin:

startx

Votre environnement graphique devrait alors démarrer. Félicitations, vous avez maintenant un système Arch Linux opérationnel sur votre Raspberry Pi ! Vous voudrez peut-être modifier le fichier config.txt, mais ce processus est le même que pour Raspbian. Amusez-vous bien !

Article d'Alex Kerr

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils