MagPI 6 Page 16

De Le French MagPi
Aller à : Navigation, rechercher

Caméra Pi



Une interview avec David Hunt


Jetez un œil sur la photo de gauche et vous apercevrez une caméra tout à fait normale à laquelle ont été apportées des fonctionnalités supplémentaires grâce à l'inclusion d'un Raspberry Pi dans sa poignée. C'est la caméra Pi.

Q : Quand vous avez vu le Raspberry Pi, avez-vous immédiatement pensé que c'était l'idéal, ou en avez-vous commandé un pour d'autres projets et ensuite pensé à la caméra Pi ?

Embarquer un Raspberry Pi dans une poignée de caméra a été un peu comme un éclair de génie. J'avais regardé le Beagleboard et d'autres produits similaires il y a quelques années mais le prix était trop élevé à chaque fois. Le Pi est la combinaison parfaite en ce qui concerne le rapport qualité/prix, la taille et les caractéristiques. J'ai vu une annonce sur Engadget et j'ai décidé d'en obtenir un.


Maintenant, avec la caméra Pi, je peux télécharger automatiquement et sans fil des photos depuis la caméra et les prévisualiser sur un iPad, ainsi qu'envoyer des commandes SSH à distance en utilisant gphoto2 pour prendre des photos.


Q : Comment avez-vous découvert que les circuits DC-DC à l'intérieur du chargeur de l'iPhone étaient ce dont vous aviez besoin pour connecter la batterie ?

Quelqu'un en avait parlé sur les forums Raspberry Pi, et, par chance, j'avais conservé un chargeur iPhone cassé pour le tri sélectif. Au départ, j'avais connecté 5V à partir de piles AA sur le convertisseur DC-DC mais je n'obtenais que 4V en sortie. J'ai ensuite eu l'idée d'utiliser la batterie 7,2V d'une caméra Canon et j'ai eu 5,08V, parfait pour alimenter le Pi. Je l'ai alors branchée sur le Pi, et il a démarré correctement. L'Ethernet et l'USB fonctionnaient, et cela m’enthousiasmait beaucoup !


J'ai coupé en deux le logement de la batterie d'origine dans la poignée, et je l'ai utilisé pour monter la batterie. Il a été placé ensuite dans une découpe de la poignée à la droite du Pi, bien que cela appuie un peu sur le GPIO. J'ai recouvert les broches avec un film plastique, pour m'assurer qu'il n'y ait pas de contact.

Q : Comment situez-vous votre solution par rapport à la carte SD Eye-Fi (www.eye.fi) ?

Je possède une carte Eye-Fi mais comme mon Canon 5D fonctionne avec des Compact Flash j'ai besoin d'un adaptateur. Je n'ai rencontré qu'un succès limité avec. Je ne blâme pas Eye-Fi tel qu'il en est fait état sur leur site web, mais cela veut dire que j'ai dû chercher une solution sans fil alternative pour transférer des photos. Le Pi me donne également tout un tas de fonctions supplémentaires en autorisant le contrôle direct de la caméra.


Q : Pour ce projet, avez-vous suivi un plan défini dès le début ou utilisez-vous une approche plus agile en ajoutant des fonctionnalités comme vous le souhaitez ?

Il s'agit résolument d'un projet agile, bien que j'aie une ferme idée de ce que je veux obtenir. Quand j'ai vu le Pi j'ai pensé qu'il avait un grand potentiel grâce à ses ports matériels qu'il embarquait. J'ai regardé "The Mountain" de TSO Photography (www.tsophotography.tumblr.com) et cela contenait plein de choses qui m'inspiraient : sa caméra était branchée sur un moteur pas-à-pas et pouvait lentement pivoter pendant qu'elle prenait les images. Cette sorte de contrôle est une fonction qui tue et c'est l'une des directions possibles que Caméra Pi peut prendre tant les possibilités du GPIO sont infinies.


Q : Dans votre blog vous décrivez les difficultés que vous avez avec gphoto2. Comment avez-vous résolu ce problème ?

Quand j'ai connecté la caméra en USB pour la première fois, gphoto2 se bloquait après chaque image avec un message d'erreur. J'ai dû laisser le projet pendant un mois

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils