MagPI 10 Page 12

De Le French MagPi
Aller à : Navigation, rechercher

Sauvegarde - partie 2

DIFFICULTÉ : MOYENNE


Dans la partie 1, je vous ai montré comment sauvegarder la carte SD de votre Pi. Dans la partie 2, nous vérifierons que cela a fonctionné et je vous montrerai qu'il peut être plaisant d'utiliser l'image comme un lecteur de disque. Vous verrez comment modifier des fichiers dans l'image elle-même. Quand vous restaurerez l'image sur une carte SD, toutes vos modifications seront présentes.


Encore une fois, c'est simple à faire sous Linux, mais difficile pour les utilisateurs de Windows. Ceux-ci sont invités à utiliser un CD Live ou à l'exécuter dans une VM VirtualBox (ou similaire) pour suivre l'article.

Vérification du fichier de sauvegarde

Faire une sauvegarde est facile, mais comment savoir si elle a fonctionné ? Ce n'est pas agréable de voir qu'elle ne peut pas être restaurée quand votre carte SD a planté. Vous devez reprendre de zéro la construction d'une nouvelle distribution puis réinstaller et configurer tous vos logiciels. Bien sûr, aucun de vos fichiers personnels ne peut être récupéré. Vous devez donc toujours vérifier vos sauvegardes.


La méthode la plus simple consiste à écrire l'image sur une carte SD vacante et à démarrer le Raspberry Pi avec. C'est sans doute aussi la méthode la plus rapide et la partie 1 en donne quelques détails.

Cet article aborde une méthode qui vous permet de considérer votre image de sauvegarde comme un périphérique réel, une carte SD si vous voulez, et de l'utiliser comme si cela en était une vraie.


Notez que nous supposerons par la suite que l'image n'est pas compressée et réside sur un disque dur local. Si votre image est compressée, vous pouvez alors la décompresser avant de poursuivre.


La première étape, en tant que root - comme toujours - est de déterminer où commencent les partitions. Comme nous avons une copie de la carte, nous pouvons regarder dans le fichier lui-même pour voir la table de partitions. Si vous souhaitez lancer les commandes suivantes avec l'utilisateur Pi, chacune devra être préfixée avec sudo. Sinon, simplifiez-vous la vie avec :

$ sudo sh

Cette commande lancera un interpréteur administrateur, et les commandes n'auront pas à être préfixées avec sudo.


D'abord, voyons dans l'image où commencent les partitions et quelles sont les tailles de secteurs. Fdisk renvoie les tailles en secteurs, mais affiche la taille de secteur en haut.

La commande pour lister les détails des partitions est :

$ fdisk Rpi_8gb_backup.img
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils